JOSE MARI MANZANARES

Le 28 octobre 2014 fut un jour bien triste pour les aficionados qui apprirent le décès de « José Mari MANZANARES » terrassé par une crise cardiaque dans sa finca de Cacéres à l'age de 61 ans.

 

José Maria DOLLS ABELLAN est né le 14 avril 1953 à Alicante.

Fils d’un banderillero il prend l’alternative le 24 juin 1971 à Alicante avec comme Parrain « Luis Miguel DOMINGUIN », il coupe les deux oreilles et la queue du toro « Rayito » de l’élevage d’Atanasio Fernandez. Confirmation d’alternative le 18 mai 1972 avec "Palomo LINARES comme Parrain". Il devient au fil des temporadas une des figuras incontestable du toréo.

 

Le célèbre chroniqueur taurin « ZOCATO » s’exprime ainsi après une corrida à Séville le 23 avril 1993 : « De grâce, Maestro MANZANARES, restez aussi longtemps que votre corps et votre âme seront possédés de la magie du toreo ».

 

Il se retire du toreo le 1er mai 2006 à Séville, c’est son fils « José Maria » qui lui coupe la coleta.

 

Mais voyons ses actuations dans nos arènes d’Arles : 17 corridas plus un festival le 22 février 2004 auquel il avait accepté de participer à l’appel de notre matador et organisateur « Juan BAUTISTA », organisé en faveur des sinistrés de Camargue suite aux inondations.

 

Son bilan : 18 oreilles et quatre trophées « César GIRON » décernés par le Club taurin Ricard d’Arles (1973, 1978, 1980 et 1996).

 

Lors de sa présentation à Arles, le 3 avril 1972 face à des toros d’Atanasio Fernandez, son banderillero « José MONCADO » avait été sérieusement blessé à la cuisse gauche et puis……..un espontaneo sautait en piste et réussissait à dessiner quelques muletazos avant d’être reconduit dans le callejon, il s’agissait du futur « NIMENO II » !, ce jour-là il toréait avec « PAQUIRRI » (une et deux oreilles) et « Palomo LINARES » ( silence et une oreille), lui-même coupait une et deux oreilles.

 

Enfin, rappelons-nous cette corrida du 8 avril 1996 ou il toréait en compagnie de « JOSELITO » et « Julio APARCIO » des toros d’Alcurrucin. Il dessine une faena de rêve face à son second toro et remporte le trophée « César GIRON », « JOSELITO » coupe une oreille de son premier et deux oreilles de son deuxième après une merveilleuse faena et une grande estocade. Je crois que si ce jour-là il avait été décerné un trophée « César GIRON » bis personne n’aurait trouvé à redire.

 

Reconnaissons que son bilan fait honneur à nos arènes.

 

« José Mari » tu resteras pour toujours dans le cœur des aficionados.

 

Serge LOUIS (2015)